Selon un article récent, Roseburia intestinalis, une bactérie commensale qui est présente dans le microbiote de notre intestin, prévient l’athérosclérose mais seulement si on l’alimente bien.

En effet, cette bactérie produit un métabolite, le butyrate, qui prévient l’inflammation, en diminuant la perméabilité intestinale. Pour synthétiser ce butyrate la bactérie a besoin de certaines fibres.

Par contre, la même bactérie peut avoir un effet négatif sur l’athérosclérose, car elle est capable de métaboliser certains nutriments (comme la phosphatidylcholine, plus connue sous le nom de « lécithine, la choline et la L-carnitine) en trimethylamine (TMA), cette substance est ensuite transformée dans le foie en TMAO qui favorise l’athérosclérose.

Cet exemple illustre que beaucoup de bactéries ne sont pas mauvaises ou bonnes en soi, mais qu’elles vont avoir un effet sur l’organisme en fonction de l’alimentation.

Il est donc plus important de contrôler son alimentation que d’avoir ou pas une grande proportion d’un type de bactérie dans le microbiote. Beaucoup de ces bactéries ont des enzymes similaires qui vont dégrader les nutriments en substances qui auront un effet bénéfique ou délétère sur notre santé.

https://www.nature.com/articles/s41564-018-0272-x

https://www.nature.com/articles/s41564-018-0299-z